Accueil > Citoyenneté > Gentilly sans frontière > Coopération décentralisée avec Duguwolowila > Présentation de la commune de Duguwolowila

Présentation de la commune de Duguwolowila

Découvrez où se situe la commune partenaire de Duguwolowila et quelles sont ses principales caractéristiques, au sein du Mali.

 

La commune de Duguwolowila est l’une des 703 communes créées en République du Mali par la loi n° 96-059 du 4 novembre 1996.

  • 48 115 habitants (recensement administratif de 2014)
  • 4 681 km²
  • 31 villages et 16 hameaux
  •  Chef-lieu : Touba (18 000 habitants)
  •  Cercle de Banamba (comprenant 8 autres communes : Banamba, Benkadi, Boron, Kiban, Madina Sacko, Sébété, Toubacoro et Toukoroba), équivalent du département en France
  • Région de Koulikoro
  •  Activité principale : agriculture familiale ; également pratique de l'élevage traditionnel extensif


La commune de Duguwolowila est administré par un conseil communal, renouvelé le 20 novembre 2016. M. Sekou Sylla a été élu maire de Duguwolowila. Il était précédemment le conseiller communal en charge de la coopération. Le conseil communal est dorénavant composé de 29 conseillers, contre 23 précédemment, en fonction du nombre d'habitants. Il compte désormais 30 % de femmes parmi les conseillers communaux, conformément à la législation malienne.

 Mairie à Touba


Duguwolowila est limitée au Nord par les communes de Banamba et Kiban, au Sud par la commune de Tougouni, à l’Est par les communes de Niaminan et Toukoroba et à l’Ouest par la commune de Sirakorola. Elle se situe à 150 km au Nord-Est de Bamako.

 

Un peu d'histoire...

La commune rurale de Duguwolowila est l’héritière de l’arrondissement de Touba créé en 1961 sur les vestiges du canton de Touba appelé Duguwolowila (les sept villages) en souvenir d’une alliance qui avait au XVIIème siècle regroupé sept villages rattachées au royaume bambara de Ségou. Outre ces villages, l’arrondissement comprenait ceux du canton de Gana Bambara qui regroupait tous les villages bambara situés entre le village du même nom et le fleuve Niger ainsi que tous ceux situés à l’ouest et ne faisant pas partie du Bélédougou.

 

Quelques données sur la République du Mali

  • 1 241 238 km²
  •  Frontières communes avec : la Mauritanie, l'Algérie, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée et le Sénégal
  •  Capitale : Bamako
  • Autres villes principales : Kayes, Ségou, Mopti, Sikasso, Koulikoro, Kidal, Gao et Tombouctou
  • Division administrative : 8 régions et 1 district
  • 16 millions d'habitants, dont 65 % a moins de 25 ans
  • Densité moyenne : 14,9 hbts/km², avec des variations considérables, de 90 hbts/km² dans le delta central du Niger, à moins de 5 hbts/km² dans la région saharienne du Nord.
  • Taux d’accroissement de la population : 3 % par an
  •  Différents groupes ethniques : Manding (Bambara, Malinké, Dioula), Voltaïque (Mossi, Bobo, Minianka, Sénoufo), Soudanien (Sarakolé, Songhaï, Dogon, Bozo), Nomades (Peuls, Touaregs, Maures)
  • 2 grands fleuves : le Sénégal et le Niger
  • Climat : désertique au nord, sahélien au centre et soudanien au sud
  •  3 saisons : saison sèche de mars à juin, saison des pluies ou hivernage de juin à septembre, intersaison ou saison froide d’octobre à février avec un vent saharien desséchant (l’Harmattan)
  • Principale activité (plus de 75 % de la population active) : l’agriculture 
  • Un des pays les plus pauvres du monde, classé parmi les « pays les moins avancés » par l’Organisation des Nations Unies : 43,6 % de la population sous le seuil de la pauvreté,  0,344 d'indice de développement humain (182/187 en 2012)
  • Faible niveau de développement des infrastructures (eau potable, assainissement, routes, électricité…).