Communiqués de la mairie

Retrouvez dans cette section les derniers communiqués de la mairie.

Communiqué de la Maire : Communiqué de la Ville : feux en Kabylie, Algérie, Grèce, Turquie


Gentilly, le 14 août 2021

La ville de Gentilly exprime sa solidarité avec les victimes des feux meurtriers en Kabylie en Algérie, Grèce et Turquie.

Depuis le début de la semaine, la Kabylie en Algérie, ainsi qu’une partie de la Grèce et de la Turquie, font face à de terribles feux de forêt. Les conséquences de ce drame environnemental menacent d’être dévastatrices pour les populations.

La ville de Gentilly, ses élu.es, expriment leur plein soutien aux familles des nombreuses victimes qui en ont malheureusement payé de leur vie. Gentilly porte en son cœur les valeurs de la solidarité internationale et organisera cette solidarité avec les populations touchées.

Certaines associations ont déjà spontanément amorcé une aide aux victimes. Le Conseil municipal de septembre permettra par ailleurs de décider d’une aide financière afin de soutenir les victimes et d’aider à reconstruire l’espace naturel forestier détruit.

La ville de Gentilly rend par ailleurs hommage à celles et ceux qui luttent contre les feux et espère de tous ses vœux qu’ils parviennent à y mettre un terme au plus tôt.

 

 

Communiqué de la Maire : Soutien et solidarité aux proches de Stéphanie M.

Gentilly, le 26 avril 2021

La Maire de Gentilly adresse son soutien et ses condoléances à sa famille, à ses proches et aux forces de l’ordre en deuil.

Le vendredi 23 avril 2021, Madame Stéphanie M.,  fonctionnaire de police a été tuée dans le cadre de ses fonctions dans son commissariat de Rambouillet. Son meurtrier est mort, abattu par un policier. Le parquet national antiterroriste est chargé de l'enquête.

Face à cet assassinat terrible nous exprimons toute notre solidarité, tout notre soutien et nos plus sincères condoléances à la famille et aux proches de la victime ainsi qu’aux forces de l’ordre en deuil.

Nous resterons uni.e.s et solidaires face à toutes les violences et toutes les barbaries.

 

Communiqué de la Mairie : importante fuite d'eau

Gentilly, le 30 mars 2021

Plusieurs opérations de pompage ont été effectuées durant le week-end afin de parer à l’urgence. Une investigation poussée est en cours sur l’origine de cette fuite. Elle mobilise les différents concessionnaires, en collaboration avec les services du Territoire et du Département et avec le soutien et la présence des élus et des services de la Ville. Cette recherche nécessite des interventions qui sont susceptibles de provoquer des résurgences d’eau sur les sites déjà impactés ou à d’autres endroits de la commune.
 
La Ville et ses partenaires restent très attentifs à l’évolution de la situation et poursuivent les démarches pour la meilleure résolution possible.

 

Communiqué de la Maire : collectif eau publique

Gentilly, le 22 mars 2021

La Ville de Gentilly a choisi la date symbolique de la Journée mondiale de l’eau pour créer son Collectif eau publique à Gentilly. Il réunit la municipalité, des associations, des conseils de quartier et tous les habitants et habitantes qui souhaiteront le rejoindre, mobilisés pour une reprise de l’eau en gestion publique.


Depuis le 1er janvier 2021, neuf villes de l’Etablissement public Grand-Orly Seine Bièvre -Vitry-sur-Seine, Ivry-sur-Seine, Cachan, Kremlin-Bicêtre, Fresnes, Orly, Arcueil, Chevilly-Larue et Gentilly- ont décidé de ne pas ré-adhérer au Syndicat des eaux d’Ile-de-France (SEDIF) et de se réapproprier cette ressource vitale, actuellement aux mains du privé et soumise à la spéculation. Ensemble, elles étudient les meilleures conditions d’une politique publique de l’eau et travaillent à sa mise en œuvre.


Assurer l’égal accès de chacun.e - quelles que soient ses ressources - à une eau de qualité, donner un juste prix à l’eau, permettre une gestion transparente de la production et de la distribution de ce bien commun, réinvestir dans l’entretien et le développement des infrastructures pour le seul bénéfice des consommateurs sont autant d’enjeux qui sous-tendent ce nouvel engagement.


L’eau est un bien très convoité. Son exploitation rapporte aujourd’hui beaucoup aux opérateurs privés. C’est pourquoi les conditions de sortie du SEDIF, la définition des étapes transitoires amenant à une maîtrise de sa production et de sa distribution font l’objet d’âpres négociations et augurent des batailles à venir. Dans ce contexte, les élus ont besoin de l’engagement de toute la population et des acteurs et actrices de la ville pour mener à bien ce projet démocratique, écologique et social.


A Gentilly, la volonté de travailler à la mise en œuvre d’une gestion publique de l’eau et de consulter largement la population sur ce choix ont été votés à l’unanimité par le Conseil municipal, lors d’un conseil municipal exceptionnel de novembre dernier. C’est une force. Le collectif permettra de sensibiliser les habitant.es aux enjeux, de les consulter régulièrement sur les choix opérés, de peser toutes et tous ensemble dans les futurs combats en faveur d’un retour complet de l’eau dans le giron public. Une concertation large va ainsi être menée et une votation citoyenne aura lieu d’ici à l’automne.


A Gentilly comme dans toute la métropole, en France comme dans le monde la reconquête de l’eau, ressource vitale et bien commun à l’humanité, est porteuse de fraternité, de solidarité et d’un avenir meilleur pour toutes et tous.


La crise de la covid-19 souligne à quel point les services publics sont les mieux à même de répondre aux besoins fondamentaux des habitant.es. L’eau et la santé ont un coût mais n’ont pas de prix !

Plus d’information : Eau-iledefrance.fr

Pour rejoindre le collectif : coordinationgosbateau-iledefrance [dot] fr

 

Consultez la tribune de Fatah Aggoune "Faire de l'eau un bien commun de l'humanité" (publiée dans l'Humanité du 22 mars 2021) :

 

Contact secrétariat des élus, mairie de Gentilly - Tél. : 01 47 40 58 58 - Courriel : contact [dot] mairesadjointsatville-gentilly [dot] fr

 

Fermeture de la Mairie le mardi 16 mars 2021

Vendredi 12 mars 2021

En soutien au mouvement social des agents de la fonction publique territoriale, la mairie sera fermée, le mardi 16 mars 2021

 

Madame, Monsieur,

Un mouvement social important traverse aujourd’hui la fonction publique. En application de la loi de Transformation de la fonction publique d’Août 2019, les communes sont tenues de faire exécuter les 1607 heures annuelles de travail. Dans les faits cette loi annule tous les accords plus favorables au temps de travail légal des fonctionnaires territoriaux qui avaient été négociés dans les collectivités au fil des ans. Ce sont donc l’ensemble des congés exceptionnels conquis par les agent.es qui sont visés, que ce soit pour le décès d’un proche, un mariage, la garde d’un enfant-malade...

Rappelons également que le point d’indice de la fonction publique est gelé depuis plus de dix ans et que les salaires de la fonction publique sont inférieurs en moyenne de 400€ aux salaires du privé.

Les agent.es territoriaux sont en première ligne pour faire vivre le service public au quotidien. Leur engagement sans faille ces derniers mois, au plus près des populations, a démontré, s’il en était besoin, qu’ils sont des maillons essentiels au bon fonctionnement de notre pays. En pleine pandémie, le gouvernement vient porter un coup terrible à leur statut et à leurs droits ainsi qu’à la libre administration des communes !

Pour répondre à cette nouvelle attaque, injuste et antisociale, contre la fonction publique et en soutien à la mobilisation des agent.es de la ville et à leur juste revendication, la Municipalité a pris la décision de fermer la mairie au public le 16 mars prochain*.

Ce geste symbolique est nécessaire pour défendre le service public local, notre bien commun à tou.tes.

 

* Le 16 Mars, l’ensemble des équipements et des services municipaux seront donc fermés au public – à l’exception du Centre Municipal de Santé qui fonctionnera a minima.

 

Gentilly solidaire avec les étudiant.e.s

23 février 2021

La crise sanitaire accable nos étudiant.es. Ils subissent des conditions d’études aléatoires, la pénurie de stages, de petits boulots, une vie sociale en berne et un avenir professionnel assombri.  A Gentilly, cette situation nous inquiète autant qu’elle nous indigne. Notre jeunesse, déjà très précarisée avant la pandémie, ne doit ni ne peut être ainsi abandonnée à son sort.  Nos étudiant.es ne peuvent se retrouver sans assez d’argent pour s’offrir un repas décent.

Dans ce contexte, notre Ville a décidé de verser un chèque service aux étudiant.es boursiers de la commune. Cette initiative, portée par le CCAS (Centre communal d’action sociale) et le PIJ (Point information jeunesse), permettra également de détecter les situations nécessitant un accompagnement social plus important. Cette initiative servira ainsi de levier permettant l’ouverture des droits sociaux, pas toujours connus des étudiant.es, les orienter vers les dispositifs d’aide existants et les associations de solidarité locales.

Outre cette action solidaire, notre Ville s’engage totalement en faveur de la citoyenneté des jeunes que nous invitons à prendre toute leur place dans la vie locale et dans le combat pour une société placée sous le signe de l’égalité et de la fraternité entre les générations.  

 

Tribune : Covid-19 — Stratégie de vaccination : que fait le Gouvernement ?

22 janvier 2021

Plus de vingt maires d’Ile-de-France, dont Patricia Tordjman, ainsi que le Président du Conseil départemental du Val-de-Marne et les élus locaux s’inquiètent de la mise en œuvre trop lente et mal adaptée aux territoires de la stratégie de vaccination contre la Covid-19. Voici leur tribune publiée le vendredi 22 janvier 2021. Une pétition est également en ligne.

Au regard de l’évolution de l’épidémie de la Covid-19 et de l’apparition de nouvelles formes du virus, c’est avec le soutien des habitant·e·s et des professionnel.e.s de santé que nous appelons le Gouvernement à respecter ses engagements pour favoriser l’accélération et le développement de la campagne de vaccination sur l’ensemble du territoire national.


Lors de son allocution du 7 janvier dernier, le Premier ministre a multiplié les annonces pour arriver à l'objectif du million de personnes vaccinées dès la fin du mois de janvier. Après un démarrage lent des opérations de vaccination dans les EHPAD fin décembre, le Gouvernement prétend, depuis le 18 janvier, accélérer le pas en étendant son accès aux personnes de plus de 75 ans …


Alors que l’Ile-de-France compte près de 830 000 habitants de plus de 75 ans, il faudrait, dans les conditions actuelles, plus de 4 mois pour que chacun d’entre eux puisse recevoir la première injection du vaccin. Au 19 janvier, les chiffres annoncés se traduisent par une vaccination de près de 87 000 Franciliens de plus de 75 ans, soit moins d'1% de la population totale de la région parisienne. Force est donc de constater qu’à ce stade, les objectifs de l’État sont intenables.


Malgré leur volonté de collaboration, de nombreux maires, élu·e·s locaux et professionnel.e.s de santé, attendent toujours un signe de l’État pour déployer des centres de vaccination au sein de leurs communes. Au même titre, un grand nombre d’EHPAD attendent toujours leurs premières doses de vaccins. Aujourd’hui, il s’avère que certains territoires subissent lourdement les conséquences de la stratégie vaccinale et se retrouvent confrontés à de profondes iniquités.


Dans nos villes, ce sont des centaines de milliers d’habitant.e.s qui se retrouvent sans solution de vaccination de proximité. La saturation des centres existants entraîne des tensions ainsi qu’une lassitude des populations à l’égard de l’organisation mise en place par l’État, et par voie de conséquence, une remise en cause de l’efficacité du service public local.


Tout ceci n’est pas cautionnable. Aussi, il est impératif que l’État assume sa compétence santé publique en assurant les moyens logistiques pour que la vaccination puisse rester locale et équitable et ce, sur l’ensemble du territoire national.
À cet instant, comment répondre aux sollicitations des habitant·e·s dès lors que les maires et les élu·e·s locaux, premiers acteurs de proximité, se heurtent à l’opacité des critères d’ouverture de nouveaux centres de vaccination et à la pénurie des doses de vaccins ?


Nous, élu·e·s locaux, avons pourtant démontré depuis le début de la crise sanitaire notre capacité d’agir aux cotés de l’État pour faire face ensemble à cette situation inédite.


Nous avons pris nos responsabilités pour organiser des distributions de masques, du gel hydroalcoolique et des campagnes de dépistage dans nos territoires. Nous avons également mis en place les différents protocoles sanitaires dans les écoles, dans les marchés alimentaires... Et plus globalement, nous sommes aux côtés des habitant·e·s les plus en difficulté, jeunes ou moins jeunes, en déployant des actions de solidarités : aides sociales et distributions alimentaires…


De la réussite de cette campagne de vaccination dépendent la santé et l’avenir des habitant.e.s de nos communes. Nous demandons un maillage plus fin de nos territoires, une « sectorisation » claire des centres de vaccination et la possibilité d’aider nos anciens à accéder facilement au vaccin. L’État doit mobiliser les moyens logistiques nécessaires aux côtés des collectivités. Il doit annoncer et présenter une cartographie avec un plan de déploiement des centres dédiés en coordination avec les villes, au niveau départemental et ce durant toute la durée de la campagne de vaccination.


En première ligne de cette crise sanitaire et sociale, les maires et les élu·e·s locaux sont les meilleurs relais pour assurer l’efficacité des politiques publiques car ils sont au contact direct des habitants.


Ils sont prêts à assumer leurs responsabilités bien au-delà de leurs missions en accompagnant, avec les acteurs de la santé, la mise en œuvre de centres de vaccination, la mobilisation de leurs structures municipales de santé ou l’accompagnement de la
médecine de ville, totalement écartée du dispositif. Il s’agit ainsi d’ouvrir l’accès au vaccin au plus grand nombre de personnes qui le souhaitent.


En France, l’État est le garant de l’égalité d’accès aux soins. Où sont les vaccins, les seringues, les lieux de vaccination proches des habitant·e·s qui en ont besoin ?


Il y a urgence ! Chaque jour de perdu dans l’organisation de la vaccination de proximité est un recul dans la lutte contre la propagation du virus, et dont les conséquences humaines, économiques et sociales ne se rattraperont pas.

Vous pouvez signer la pétition en ligne à l'adresse suivante :

https://www.change.org/p/jean-castex-pour-une-strat%C3%A9gie-de-vaccination-locale-et-%C3%A9quitable?recruiter=848842894&recruited_by_id=f53a94a0-f6b5-11e7-9380-5fa035ac0040&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=petition_dashboard

Les premier.e.s signataires :

Hélène de Comarmond, Maire de Cachan (94)
Jacqueline Belhomme, Maire de Malakoff (92)
Christian Favier, Président du Conseil Départemental du Val-de-Marne, (94)
David Ros, Maire d’Orsay (91)
Christian Métairie, Maire d’Arcueil (94)
Nadège Azzaz, Maire de Châtillon (92)
Philippe Bouyssou, Maire d’Ivry-sur-Seine (94)
Patricia Tordjman, Maire de Gentilly (94)
Régis Charbonnier, Maire de Boissy-Saint-Leger (94)
Stéphanie Daumin, Maire de Chevilly-Larue (94)
Jean-Luc Laurent, Maire du Kremlin-Bicêtre (94)
Marie Chavanon, Maire de Fresnes (94)
Pierre Garzon, Maire de Villejuif (94)
Christine Janodet, Maire d’Orly (94)
Pierre Bell-Lloch, Maire de Vitry-sur-Seine (94)
Jean-Philippe Gautrais, Maire de Fontenay-sous-Bois (94)
Rafika Rezgui, Maire de Chilly-Mazarin (91)
Clovis Cassan, Maire des Ulis (91)
Patrick Douet, Maire de Bonneuil-sur-Marne (94)
Romain Colas, Maire de Boussy-Saint-Antoine (91)
Damien Allouch, Maire d’Epinay-sous-Senart (91)

 

Communiqué de la Maire : Fin de la réquisition du collège Pierre-Curie

Vendredi 15 janvier 2021

Les personnes migrantes hébergées dans l’ancien collège Pierre-Curie, réquisitionné par la Préfecture du Val-de-Marne, depuis le 15 décembre dernier, viennent de quitter les lieux. Certaines d’entre elles ont obtenu le droit d’asile et vont bénéficier des dispositifs prévus dans le cadre de ce statut. Un accompagnement social et administratif se poursuit pour les migrants dont la situation administrative n’est pas encore réglée. Ces personnes sont désormais accueillies sur une autre commune de la région. Nous nous tiendrons informés et resterons attentifs, autant que possible au devenir de ces hommes en recherche d’avenir qui ont fait étape dans notre ville.

Je veux saluer le bon déroulement de ces deux mois d’accueil solidaire. Le travail partenarial entre notre Ville, l’association Humanisme et Habitat en charge de l’organisation sur place et de l’accompagnement des hébergés et les services de l’Etat ont permis que cette période transitoire se déroule au mieux. Le Département et les associations locales ont apporté leur soutien aux personnes hébergées. La fraternité s’est spontanément mise en route.

Notre ville s’est construite et a forgé sa personnalité grâce à la venue de migrants des quatre coins du monde. Sa tradition d’accueil répond à des valeurs essentielles de solidarité et d’amitié entre les peuples. Il était important pour nous d’offrir des conditions de vie décentes à ces personnes qui vivent une épreuve, coupées des leurs et de leur culture d’origine, et que soient respectés, même dans ces situations d’urgence, les droits humains. 

 

Communiqué de la Maire : Solidarité avec la Maire de Chevilly-Larue

Jeudi 17 décembre 2020

Patricia Tordjman a adressé un message de soutien et sa solidarité totale à Stéphanie Daumin, Maire de Chevilly-Larue, dans le Val-de-Marne, ainsi qu’à sa famille, suite à l’agression subie par son fils et après une série d’attaques perpétrées contre ses biens. Ces violences ont été commises en représailles à des décisions que l’édile a été amenée à prendre dans l’exercice de ses fonctions. « Il est inadmissible qu’une élue de la République puisse faire l’objet de quelque menace ou violence que ce soit et plus encore que l’on puisse s’en prendre à son enfant » a souligné la Maire de Gentilly dans un courrier adressé à Madame Daumin. « Il est insupportable que l’intégrité d’une personne, représentante d’une ville et de ses citoyen.ne.s, soit prise pour cible. Les maires qui ont un travail difficile, de terrain, qui sont engagés au quotidien auprès des populations, doivent pouvoir agir en toute tranquillité pour le bien public. Il en va de la bonne marche démocratique. Il en va d’une vie municipale apaisée et audacieuse », a-t-elle ajouté.  

L’Association des maires du Val-de-Marne,  de nombreuses personnalités et citoyen.ne. s. ont également exprimé leur solidarité et leur refus de voir la violence prendre le pas sur la vie publique locale.

 

Communiqué de la Maire : Soutenons le commerce de proximité, consommons local !

Mercredi 25 novembre 2020

La crise de la Covid frappe nos petits commerces de plein fouet. Ils ont été contraints de fermer encore une fois, sur demande gouvernementale, en novembre, et le seront jusqu’au 15 décembre, pour freiner la propagation du virus. Les commerces non essentiels pourront reprendre à cette date, selon des consignes strictes. Les restaurateurs et cafetiers devront eux attendre le 20 janvier. L’effort est nécessaire sur un plan sanitaire mais l’absence d’aides conséquentes de l’Etat risque de tirer de nombreux rideaux définitivement. Au détriment de ce secteur d’emploi, de l’animation de nos quartiers et de la cohésion sociale.


Depuis plusieurs années, notre Ville s’investit à 100% pour son commerce de proximité. L’étude de revitalisation menée dans ce domaine, dès 2016, ainsi que l’AMO (Aide à maîtrise d’ouvrage) permettant de renouveler nos marchés de plein vent, la concertation avec les acteurs du secteur, avec les habitants qui ont plébiscité le petit commerce lors des dernières Assises de la Ville, devaient commencer à porter leurs fruits, là, maintenant.


Depuis plusieurs années, la Métropole du Grand Paris elle-même, consciente de la nécessité de redynamiser les cœurs de ville, pour les populations, pour l’attractivité des territoires, a largement accompagné financièrement ce développement.


Depuis le début du confinement, Gentilly se mobilise pour que ce chantier puisse reprendre avec tous ses petits commerçants et artisans. J’invite les Gentilléens et Gentilléennes à participer à cette démarche en consommant local via  l’opération « Ma place de Noël » qui permet d’acheter en ligne chez les petits commerçants et restaurateurs de sa commune et dont notre Ville est partenaire, ou directement dans les magasins qui sont ouverts ou le seront, nous l’espérons, d’ici quelques temps.


Je sais la situation financière de nombreux foyers, commerçants, dont les restaurateurs, petits entrepreneurs, associations, très difficiles en cette période de privations de toutes sortes. C’est ensemble, dans la solidarité, que notre petite commune populaire a toujours surmonté les crises et saura prendre le dessus, encore une fois.

 

Communiqué de la Maire : soutien aux migrants

10 novembre 2020

Nous venons d’apprendre que la Préfecture du Val-de-Marne réquisitionne l’un de nos équipements pour héberger provisoirement une cinquantaine de personnes migrantes. Ils seront accueillis au sein de la salle des sports de l’ancien collège Pierre-Curie, pour une période d’un à trois mois au maximum, nous a précisé la Préfecture.

Gentilly a toujours été engagée pour les droits humains et la solidarité entre les peuples. Face à cette réquisition nous allons assumer nos responsabilités mais resterons vigilants sur les conditions de vie de ces hommes et du dispositif sanitaire mis en place, crucial en cette période de pandémie. L’Etat prend en charge les aspects financiers et matériels de cet accueil et a désigné l’association Habitat et humanisme pour gérer le quotidien de la structure ainsi que l’accompagnement des migrants sur place. Nous ferons en sorte que tous les engagements pris soient tenus.

Je ne peux cependant que regretter, et l’ai exprimé aux représentants de l’Etat, l’absence de concertation avec la collectivité permettant d’envisager un hébergement compatible avec les capacités de notre commune. Je regrette que la France ne garantisse pas des conditions d’accueil plus décentes aux migrants. L’Hébergement est de la responsabilité de l’Etat. La solidarité est du devoir de tous les territoires. Elle doit se partager afin de ne pas creuser davantage les inégalités entre les territoires. C’est pourquoi je déplore le fait que l’Etat désigne chaque fois, en premier lieu d’hébergement d’urgence, les villes de banlieues populaires. Celles qui se mobilisent sans relâche auprès des habitants en difficulté, qui investissent dans le logement social et pour un service public fort afin de réduire les inégalités, avec des moyens toujours plus comprimés.

Mais c’est aussi cette histoire populaire, faite de luttes et de mobilisations, qui fonde notre engagement au plus près de chacun, d’où qu’il vienne et quel que soit son parcours. Notre tradition d’accueil et de solidarité n’est plus à démontrer. Elle s’inscrit dans notre ADN. Les Gentilléens et Gentilléennes qui ont fait et font chaque jour l’histoire de notre ville sont d’origines diverses et ont à cœur la garantie des droits humains de tou.te.s.

Les élus, au côté des associations gentilléennes, apporteront aide et soutien aux migrants accueillis. La mairie coordonnera pour cela une chaîne de solidarité, comme elle l’a fait pendant le confinement.

Nous sommes mobilisés, aux côtés de tous nos habitants, aux côtés des migrants, pour le droit de chacun et chacune à une vie digne et belle, pour la paix, pour la solidarité entre les peuples, pour la construction d’un monde meilleur et plus juste.

 

Communiqué de la Maire : toutes et tous rassemblé.es contre l’obscurantisme

19 octobre 2020

C’est avec horreur que nous avons appris la décapitation du professeur d’histoire-géographie de Conflans-Sainte-Honorine par un terroriste islamiste, le 16 octobre dernier, suite à son cours sur la laïcité et la présentation à ses élèves d’une caricature du prophète Mahomet. L’équipe municipale et moi-même souhaitons exprimer toutes nos condoléances et notre soutien total à la famille, aux proches, aux élèves, aux collègues de la victime ainsi que notre solidarité sans faille à toute la communauté enseignante, celle de ce collège et du pays tout entier.

Tout est terrifiant dans ce drame : l’assassinat d’un professeur qui faisait son devoir, le très jeune âge du terroriste, la manière dont les pourvoyeurs de l’islamisme ont attisé les tensions amenant au déchaînement de haine. Ces manipulateurs ont un dessein : semer la terreur, diviser le peuple, empêcher la liberté d’expression, le débat, l’esprit critique, l’éveil des consciences et saper la laïcité qui préserve les religions.

Aujourd’hui comme hier, ce sont les dictatures qui refusent la caricature de ceux qui exercent une autorité morale ou politique. Ce sont ces systèmes qui briment le droit de donner une opinion. Ce sont ces tyrannies qui emprisonnent, torturent et tuent pour des idées.

Nous refusons de céder à l’intimidation. Nous refusons la division. Nous appelons à rester solidaires, pacifiques, déterminés à vivre ensemble dans le respect de chacun, dans l’échange, dans l’ouverture à l’autre.

 

Communiqué de la Maire : renforcement des mesures de prévention contre la Covid 19

1er octobre 2020

Les dernières annonces du gouvernement et les directives  de la préfecture qui s’en sont suivies nous contraignent malheureusement à revoir le programme des événements municipaux, telle la Foire au troc. Ces mesures ont également un impact sur l’activité associative, culturelle et commerciale de notre ville. J’ai conscience des difficultés et des déceptions qu’elles vont engendrer. Je déplore un certain manque d’anticipation dans les prises de décisions ainsi que des incohérences dans le dispositif. Cependant, l’arrêté  préfectoral comme le principe de précaution sanitaire vis à vis notamment des plus vulnérables nous enjoignent à respecter et à mettre en œuvre les mesures en vigueur.
Cette situation ne nous empêchera pas de garder la maîtrise de la vie locale et d’agir dans l’intérêt de toutes et tous. Nous avons vécu une période de confinement beaucoup plus difficile que l’épisode actuel. Cette expérience nous a mieux armés pour prévenir les pics de l’épidémie. Elle nous convainc de continuer de tout faire pour empêcher qu’elle ne rejaillisse à un niveau ingérable pour les hôpitaux. Elle nous aide à accepter de vivre quelques temps avec des incertitudes et à imaginer des alternatives.
C’est ensemble, dans la solidarité et avec le sens des responsabilités, que nous allons continuer d’appréhender cette épreuve inédite et adapter la vie locale afin qu’elle continue de se construire, de se régénérer, avec et pour ses habitants et habitantes.

 

Communiqué de Patricia Tordjman : soutien et solidarité avec le peuple libanais

Mardi 11 août 2020

La ville de Gentilly adresse son soutien plein et entier aux proches et familles des victimes, à tou.te.s les habitant.e.s de Beyrouth et à l’ensemble du peuple libanais.

Le mardi 4 août une double explosion a retenti dans le port de Beyrouth, la capitale du Liban, faisant, selon les informations actuelles, 158 morts, plus de 6 000 blessés et des dizaines de disparu.e.s.  Près de la moitié de la ville de Beyrouth est détruite ou endommagée, entre 250 000 et 300 000 personnes sont sans-abri.

Au choc de l’évènement se double le risque d’une crise sanitaire : le Liban, déjà confronté à de graves difficultés économiques et à une  crise politique, doit désormais faire face à un risque majeur de pénurie alimentaire.

Face à cette tragédie, la solidarité internationale s’est mise en place ces derniers jours. Plusieurs pays, dont la France, ont apporté un soutien logistique et envoyé sur place du personnel et du matériel médical ainsi que des denrées alimentaires. Une aide internationale de 252 millions de dollars a également été annoncée. Une solidarité nécessaire, qui doit s’inscrire dans le temps long, pour aider le Liban à se sortir du marasme économique et démocratique actuel.

Devant la gravité de ces évènements, la ville de Gentilly adresse son soutien plein et entier aux proches et familles des victimes, à tou.te.s les habitant.e.s de Beyrouth et à l’ensemble du peuple libanais. Elle appelle de ses vœux l’élaboration d’une solution politique et démocratique dans le respect de la souveraineté et de la volonté du peuple libanais.

A Gentilly, comme dans toute la France et à travers le monde, des initiatives associatives, collectives et citoyennes naissent chaque jour pour aider le Liban à surmonter la catastrophe.  Fidèle à ses valeurs de solidarité internationale, la ville de Gentilly soutiendra pleinement les initiatives développées sur la ville durant l’été et à la rentrée.

 

Communiqué de Patricia Tordjman

Vendredi 15 mai 2020

Chers Gentilléennes, chers Gentilléens,

Dans mon communiqué du 6 mai dernier, je vous informais de la décision que j’avais prise, avec l’ensemble de la communauté scolaire gentilléenne, de reporter la réouverture des écoles afin de nous garantir une semaine supplémentaire pour créer les conditions d’un accueil de nos enfants, respectueux du protocole sanitaire et garantissant la sécurité de tous. Je veux aujourd’hui vous informer des modalités de reprise des écoles de la ville à la date du 18 mai, décidées en accord avec les directions d’école et l’inspection académique.

Après un premier bilan établi par les enseignants des différentes écoles de la commune, toutes les écoles élémentaires pourront rouvrir. Les modalités d’accueil des élèves, école par école, vous ont été ou vous seront présentées par les équipes pédagogiques. Les écoles maternelles resteront fermées jusqu’au 2 juin, à l’exception de Lamartine maternelle qui accueille les enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire. L’accueil du matin, les accueils de loisirs du soir et du mercredi ainsi que la restauration scolaire seront assurés pour les enfants scolarisés à compter du 18 mai. Au vu du contexte, un départ échelonné de l’accueil de loisirs du soir en élémentaire sera possible à partir de 17h.

Les conditions sanitaires strictes à mettre en œuvre ainsi que le plafond d’accueil des enfants fixé à 15 maximum par classe en élémentaire, ne permettront pas d’accueillir l’ensemble des enfants scolarisés de la ville. Suivant les consignes de l’Éducation nationale, seront accueillis en priorité les enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire, les élèves en situation de handicap et les élèves décrocheurs ou en risque de décrochage.

Le retour à l’école des enfants se fait sur la base du volontariat des parents. Des attestations seront délivrées aux parents dont les enfants ne pourront être accueillis sur leur école.

Je tiens à vous assurer que toutes les mesures nécessaires ont été mises en œuvre pour garantir à nos écoliers un retour à l’école dans un cadre sanitaire et sécuritaire très strict. Notre patrimoine scolaire a fait l’objet, pendant les 50 jours du confinement, d’un entretien et d’un contrôle quotidien.

Soyez assuré.es que nous accorderons la plus grande vigilance à cette reprise scolaire et que nous poursuivrons le dialogue avec toute la communauté éducative pour adapter notre fonctionnement jour après jour.

Très cordialement.

Communiqué de Patricia Tordjman

Mercredi 6 mai 2020

Chers Gentilléens, chères Gentilléennes,

Le 28 avril dernier, nous apprenions la réouverture des écoles pour le 11 mai. Si je suis convaincue de la nécessité de revenir à une vie un tant soit peu normale et de permettre aux enfants de retrouver le chemin de l’école, indispensable à leur bien-être et à leurs apprentissages fondamentaux, je ne peux que déplorer cette rentrée scolaire qui se fait dans la précipitation et dans l’injonction aux communes. C’est la raison pour laquelle j’ai signé samedi 2 mai, avec 300 de mes collègues maires de région parisienne, dont 31 du Val-de-Marne, une tribune adressée au Président de la République, demandant le report de la rentrée des classes, restée sans réponse à ce jour.

Les services municipaux ont commencé à travailler à des scénarios de reprise dès les annonces gouvernementales mais le protocole sanitaire – extrêmement contraignant – à mettre en œuvre pour la réouverture des écoles, ne nous est parvenu que le 2 mai. Un comble alors même que notre département fait partie des plus touchés par le Covid-19 ! C’est un délai intenable, ne nous permettant pas d’assurer la sécurité des enfants, des enseignants et des agents municipaux.

Le constat est clair : nous ne sommes pas en mesure d’ouvrir nos écoles le 11 mai. C’est la raison pour laquelle je propose, en accord avec les directions des établissements scolaires, le report de la rentrée au lundi 18 mai afin de bénéficier d’une semaine de préparation supplémentaire pour créer les conditions d’un accueil de nos enfants respectueux du protocole sanitaire et garantissant la sécurité de tous.

La rentrée qui s’effectuera donc à compter du 18 mai, sous réserve que toutes les garanties sanitaires soient apportées, se fera sur la base du volontariat des parents, à effectif réduit et de manière progressive. La restauration scolaire ainsi que les accueils périscolaires du matin, du soir et du mercredi seront assurés. Nous continuerons à accueillir sur nos écoles les enfants des personnels soignants et de secours, comme ils le sont déjà depuis le début du confinement. Seront également accueillis de manière prioritaire les enfants des enseignants, ceux des agents municipaux, ainsi que ceux dont les parents sont dans l’obligation de reprendre leur activité professionnelle et notamment les enfants des familles monoparentales. Une vigilance sera portée aux enfants des familles qui n’ont pas gardé le lien avec l’école. Les effectifs réduits préconisés (15 élèves par classe en élémentaire et 10 en maternelle au maximum) nous obligent à cette priorisation, mais chaque situation sera regardée avec la plus grande attention.

Réussir le chemin du retour à l’école en toute sécurité, c’est faire ensemble en étant soucieux et respectueux de chacun. C’est pourquoi un bilan sera fait chaque semaine avec l’ensemble de la communauté éducative pour évaluer ce dispositif et l’adapter autant que nécessaire.

Voici l’information essentielle que je souhaitais porter à votre connaissance. Nous reviendrons vers vous dans les prochains jours pour décliner plus précisément le dispositif mis en place pour une rentrée sereine et apaisée à partir du 18 mai.

Très cordialement

 

Communiqué de Patricia Tordjman

Mardi 28 avril 2020

Chers Gentilléens et Gentilléennes,

Alors que le gouvernement prépare la sortie du confinement, la question des masques est un enjeu de santé publique qui interroge, à raison, un grand nombre d’entre vous.

Je veux ici faire le point sur ce sujet.

Le Département a fait une commande de 1 500 000 masques en tissu pour chaque Val-de-Marnais.e.

La mairie de Gentilly attend cette dotation de masques lavables et réutilisables à destination de chaque famille gentilléenne, à raison d’un par membre du foyer, enfant compris. Nous avons par ailleurs commandé à une entreprise un autre lot de masques.

Dès réception de cette commande, qui n’interviendra pas avant la mi-mai, nous procéderons à sa distribution selon des modalités que nous vous communiquerons ultérieurement afin qu’elle soit la plus efficace possible et dans le strict respect des gestes barrière.

La municipalité ne peut pas, pour l’heure, distribuer de masques aux particuliers. Le stock, réduit, dont nous disposons, est dédié au personnel du CMS et du CCAS, ainsi qu’aux agents qui interviennent sur le terrain.

Mes adjoint.e.s et moi-même, ainsi que les services municipaux, restons pleinement mobilisés à vos côtés.

Prenez soin de vous et de vos proches.

 

Communiqué de Patricia Tordjman

Jeudi 19 mars 2020 (mise à jour au 14 avril)

Chers Gentilléens et Gentilléennes,

Dans les circonstances exceptionnelles que connaît notre pays, j’appelle chacun et chacune à la responsabilité et au respect strict des consignes de confinement et de distanciation sociale pour se protéger et protéger les autres du coronavirus. Notre quotidien est largement modifié pour une période allant au moins jusqu'au 11 mai, renouvelable le cas échéant. Nous agissons de façon extrêmement déterminée pour mettre en œuvre dans les meilleures conditions les orientations fixées par le chef de l’Etat.

Mes adjoint.e.s et moi même,  avec les agent.e.s du service public de Gentilly, restons pleinement mobilisés pour faire face à cette crise, en lien avec le Conseil départemental, l'EPT Grand Orly Seine Bièvre et les services de l'Etat.

Nos services se concentrent pour l'heure sur les missions essentielles, la santé, l'aide aux plus vulnérables, la garde des enfants des personnels soignants, la propreté de la ville.

J’ai demandé à mes adjoint.e.s de se mettre en lien avec les différents bailleurs sociaux de la commune afin qu’une attention particulière soit portée aux situations des Gentilléen-nes les plus fragiles ou les plus isolé-es.

Un affichage régulier sur les panneaux municipaux ainsi que le site internet de la Ville vous tiennent informés, au fur et à mesure, de l’évolution de la situation. L'accueil téléphonique de la mairie reste ouvert et les services fonctionnent au maximum en télétravail. Le CCAS et le CMS restent ouverts. L'astreinte pour les urgences est bien-sûr maintenue.

Nous allons traverser ensemble cette nouvelle épreuve. Elle est contraignante pour toutes et tous, pour les personnes âgées, les personnes isolées, les jeunes comme pour les familles. Je sais pouvoir compter sur votre esprit de solidarité. Solidarité qui s’organise dans le respect strict des règles sanitaires en vigueur.

Je voudrais remercier toutes celles et ceux qui sont en première ligne pour nous aider à passer ce cap difficile : les personnels soignants et de secours, les commerçants et artisans, leurs employés, notre service public mobilisé. Leur engagement est vital et précieux pour protéger les plus vulnérables d'entre nous et contribuer à maintenir le lien social en cette période de confinement.

Prenez bien soin les uns des autres.

 

Communiqué de Patricia Tordjman

Mardi 17 mars 2020

Dans les circonstances exceptionnelles que connait notre pays, j’appelle chacun et chacune à la responsabilité et au respect strict des consignes pour se protéger et protéger les autres du coronavirus. Notre quotidien va être largement modifié pour au moins quinze jours. Nous allons agir  de façon extrêmement  déterminée et mettre en œuvre dans les meilleures conditions les orientations fixées par le chef de l’Etat lors de sa dernière intervention.

La Ville de Gentilly, les agents du service public communal restent pleinement mobilisés pour faire face à cette crise. Les services seront fermés au public mais un accueil  téléphonique sera assuré de 9h à 12h et de 14h à 17h du lundi au vendredi. Le Centre municipal de santé restera ouvert au mieux de ses capacités et le CCAS fonctionnera a minima. Le stationnement dans la ville est gratuit. Les attestations de déplacement dérogatoires sont à disposition dans les boulangeries et commerces ouverts. Le site internet de la Ville vous tiendra informé à mesure de l’évolution des mesures.

Je sais pouvoir compter  sur vous et votre solidarité. Nous allons traverser ensemble cette nouvelle épreuve. Prenez bien soin les uns des autres.

 

Communiqué de Patricia Tordjman

Vendredi 13 mars 2020

Nous avons appris le 12 mars les dispositions arrêtées par le Président de la République pour juguler la pandémie du Covid-19.


Dès lundi 16, conformément à cette déclaration, les crèches, les écoles, le collège et le lycée professionnel seront fermés. Les centres et accueils de loisirs également. Les séjours prévus dans le mois à venir, d’enfants et d’adolescents, seront annulés ou reportés.
Les activités à destination des retraités seront suspendues.

Je tiens à vous assurer de toute ma mobilisation, ainsi que de celle de la municipalité et de l’ensemble des agents municipaux pour faire face à cette situation sans précédent.

J’ai réuni ce matin les élu-es et les directions des services concernés pour la mise en œuvre de mesures renforcées afin de protéger la santé de tous, dont bien-sûr les plus fragiles d’entre vous. Il s’agit aussi de nous organiser au mieux pour adapter nos services et maintenir la solidarité locale, en lien avec les services de l’Etat.
Nous avons d’ores et déjà pris des mesures :

  • pour protéger les personnes âgées du foyer Bièvre et résidant dans la ville. Des mesures de type de celles appliquées lors du plan canicule permettent de rester en contact et d’aider les personnes les plus vulnérables.
  • pour mettre en place un référent dédié dans chacun des secteurs d’intervention de la commune ainsi qu’un numéro d’appel téléphonique unique  orientant et informant les administrés.
  • pour la bonne application des gestes barrières dans nos bureaux de vote.

Nous suivons l’évolution de la situation avec attention et nous adaptons, en temps réel, aux préconisations du ministère de la Solidarité et de la Santé et de l’Agence régionale de santé (ARS).

Des événements municipaux sont déjà annulés ou seront susceptibles de l’être. Des équipements seront fermés ou pourront être amenés à l’être. Les informations seront disponibles sur le site internet de la ville ou au numéro de téléphone dédié.

Par solidarité et pour lutter efficacement, ensemble, contre la propagation du virus, nous réfléchissons aujourd’hui à l’accueil des enfants des personnels soignants (des hôpitaux, des EHPAD, des intervenants à domicile…)  ainsi que des personnels des services sociaux et de secours qui œuvrent ou seront réquisitionnés pour faire face à  la pandémie.

J’en appelle au sens de la responsabilité de toutes et tous pour respecter les gestes barrière et se tenir informés des dernières recommandations sanitaires.

J’en appelle aussi à la solidarité. La lutte contre la pandémie implique des efforts consentis et partagés par chacun et chacune. C’est un enjeu considérable de santé publique et de fraternité.

Tout mon soutien et celui des élus vont aux personnes malades, aux personnels soignants, aux agents  mobilisés, aux familles et à toutes celles et ceux qui vont être impactés dans leur travail comme dans leur vie par cette pandémie contre laquelle nous nous battons.

Mes équipes et moi-même nous tenons à votre disposition dans cette mobilisation citoyenne.

 

Communiqué de Patricia Tordjman

Mardi 17 mars 2020

Dans les circonstances exceptionnelles que connait notre pays, j’appelle chacun et chacune à la responsabilité et au respect strict des consignes pour se protéger et protéger les autres du coronavirus. Notre quotidien va être largement modifié pour au moins quinze jours. Nous allons agir  de façon extrêmement  déterminée et mettre en œuvre dans les meilleures conditions les orientations fixées par le chef de l’Etat lors de sa dernière intervention.

La Ville de Gentilly, les agents du service public communal restent pleinement mobilisés pour faire face à cette crise. Les services seront fermés au public mais un accueil  téléphonique sera assuré de 9h à 12h et de 14h à 17h du lundi au vendredi. Le Centre municipal de santé restera ouvert au mieux de ses capacités et le CCAS fonctionnera a minima. Le stationnement dans la ville est gratuit. Les attestations de déplacement dérogatoires sont à disposition dans les boulangeries et commerces ouverts. Le site internet de la Ville vous tiendra informé à mesure de l’évolution des mesures.

Je sais pouvoir compter  sur vous et votre solidarité. Nous allons traverser ensemble cette nouvelle épreuve. Prenez bien soin les uns des autres.

Communiqué de Patricia Tordjman, maire de Gentilly


10 décembre 2019
Réseau de proxénètes démantelé

Les violences faites aux femmes sont un véritable fléau que nous combattons à Gentilly.

Un réseau de proxénètes a été démantelé au Chaperon Vert par la police. Alertée, j’ai immédiatement réagi et apporté tout mon soutien à cette opération, en tant que maire de la ville.

Il est insupportable de penser que ces individus prostituaient une jeune fille mineure.

La prostitution est une violence extrême infligée majoritairement à des femmes qui, hélas, représente un marché juteux au même titre que la vente de drogue ou d’armes.

Il s’agit pour quelques mafieux de gagner de l’argent facile au travers de la traite d’êtres humains.

Il n’est pas acceptable de laisser de tels crimes se répandre dans nos quartiers, toucher des mineures et distiller de l’insécurité pour toutes et tous.

Aussi, avec l’équipe municipale, j’apporte tout mon soutien à la victime et assure les habitantes et habitants du Chaperon Vert de mon total engagement à leurs côtés.

J’organiserai, dans les jours qui viennent, des rencontres dans le quartier.

Communiqué de Patricia Tordjman, maire de Gentilly

1er août

Décès d’Alain Audoubert, ancien maire de Vitry-sur-Seine.

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris, l’équipe municipale et moi-même, le décès hier, lundi 31 juillet, d’Alain Audoubert qui fût maire de Vitry-sur-Seine, entre 1996 et 2015, dans des circonstances tragiques. Nous pensons avec émotion à ses enfants et à ses proches à qui nous exprimons nos très sincères condoléances. Nous adressons également un message d’amitié et de solidarité à la municipalité et au conseil Municipal de Vitry-sur-Seine dont Alain était le maire en ce début de mandat, ainsi qu’à tous les Vitriots et Vitriotes.

  1. Alain Audoubert était un homme de conviction et de caractère, un homme profondément  engagé. Son investissement était total pour sa ville et ses citoyens, tout comme son combat sans faille pour la paix dans le monde. En cette année du 30° anniversaire de la célébration de la Convention internationale des droits de l’enfant, je veux saluer particulièrement son engagement pour la promotion des politiques éducatives porteuses d’égalité.

Profondément convaincu par la coopération intercommunale, Alain Audoubert a pris une part importante dans la création, le fonctionnement et l’évolution de notre outil de coopération en faveur du départ en vacances pour tous, Vacances Voyages Loisirs. Il a également créé, avec Yann Joubert, Maire honoraire, notre syndicat SIDORESTO pour la restauration scolaire.

 

Communiqué de Patricia Tordjman, maire de Gentilly

25 juillet 2019

Le centre de vacances de Gentilly à Bourron-Marlotte a accueilli le Premier Ministre.

Le Premier Ministre, Edouard Philippe, accompagné de la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, et son secrétaire d’Etat, Adrien Taquet, se sont rendus, ce jeudi 25 juillet, sur notre centre de vacances de Bourron-Marlotte en Seine et Marne. Ils ont été accueillis par mon premier adjoint, Patrick Daudet, et mon adjointe, Soazig Joubert.

Nous pouvons considérer cette visite du gouvernement comme un coup de communication en cette période estivale et cet épisode caniculaire. Il s’agissait pour lui de « vérifier que les consignes de sécurité du plan canicule sont mises en œuvre dans les espaces collectifs accueillant des publics fragiles ». Le Premier ministre a pu constater sur le terrain que les mesures étaient respectées mais a surtout salué la qualité de notre patrimoine et de l’accueil des enfants d’âge maternel.

Ces temps passés hors du milieu urbain sont précieux pour les enfants. Ils contribuent pleinement à la découverte, aux loisirs, à l’expérimentation, au vivre ensemble et, en ces périodes de fortes chaleurs, constituent un enjeu de santé publique.

Cette rencontre a permis un échange serein et constructif lors duquel nous avons abordé l’engagement sans faille de nos politiques éducatives. Notre service public et notre outil de coopération V.V.L. œuvrent au quotidien pour la promotion du droit aux vacances et aux loisirs. En témoignent le label « Ville amis des enfants » attribué à notre ville par l’UNICEF et les premières initiatives réalisées lors de la fête de la ville, dans le cadre de la célébration du 30e  anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

Ensemble, nous avons souligné l’intérêt et la nécessité du départ des enfants en vacances. L’image des colonies a été fortement dégradée ces dernières années. Nous avons la responsabilité collective d’en affirmer les vertus, de promouvoir avec plus de force ce droit important du départ en vacances pour tou(te)s, affirmé dans la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Les colonies doivent y contribuer pleinement. L’Etat doit prendre toutes ses responsabilités. Nous ne pouvons plus accepter, qu’année après année, nous soyons simplement dans le constat que de moins en moins d’enfants partent en vacances.

Les collectivités locales sont les premières propriétaires du patrimoine social et prescriptrices du départ des enfants en classes de découverte ou en colonies de vacances. Des moyens sont donc nécessaires. Or, depuis 2013, se sont près de 13 M€ de pertes de dotations cumulées qui ont été amputées aux ressources de la Ville. Dans ce contexte, les choix et arbitrages budgétaires sont de plus en plus difficiles et douloureux. Assumer une politique tarifaire adaptée et équitable, maintenir et entretenir notre patrimoine social, le faire évoluer et répondre aux normes en perpétuel mouvement… cet engagement permanent de la Ville n’est pas suffisamment accompagné par les politiques publiques et cela met en péril  l’avenir du patrimoine social et des colonies. Il y a urgence à mobiliser des moyens publics à la hauteur des enjeux. Qu’un fond d’aide à l’investissement soit créé. Depuis des décennies, le patrimoine social porté par les collectivités et les comités d’entreprises ont contribué à l’attractivité des territoires. Il peut être source d’un nouveau développement comme l’ont souligné un grand nombre de maires de villages de moyenne montagne par exemple.

Enfin, cette rencontre a été l’occasion de rappeler que nous étions très attachés à ce que les politiques éducatives ne puissent souffrir de la concurrence et de la sphère marchande. Elles doivent relever de politiques nationales ambitieuses, adaptées et soutenues, garantes de l’accès à tou(te)s aux vacances et aux loisirs. Nous avons rappelé très clairement, qu’avec les Villes adhérentes à V.V.L., nous nous inscrivons pleinement dans le débat et sommes force de propositions, grâce à notre pratique quotidienne au plus près des enfants, des jeunes et des familles.
Alors pour que cette visite ne soit pas sans lendemain, passons collectivement aux actes et prenons rendez-vous.

 

Communiqué de Patricia Tordjman, maire de Gentilly

4 juin 2019

Ce lundi 3 juin 2019, aux alentours de 22h un homme est tombé sous des coups de feu, dans la cité Victor Hugo, dont le bailleur est Paris Habitat. Depuis 15 jours maintenant la tension, était montée du fait de règlements de comptes au cœur d’un trafic de drogue.

 

A l’heure où est rédigé ce communiqué, les forces de police sont déployées sur le quartier. Ils mènent l’enquête. Aux côtés des habitants dont l’émotion est grande, une partie de mon équipe tout comme des agents du service public communal sont mobilisés, présents depuis de nombreux jours.


Ce drame intervient après une série d’événements dans le quartier. De nombreuses rencontres et réunions ont eu lieu, la mobilisation de la Municipalité et du service public communal a été et reste totale. La Ville n’a cessé d’interpeller l’Etat, et ce depuis de nombreuses années, pour que des moyens soient alloués à la sécurité mais également au vivre ensemble. Le bailleur s’y est impliqué.


Nous ne pouvons accepter que ce quartier soit sous la main de trafiquants, que les locataires ne puissent pas y vivre tranquillement et en toute sécurité, que les enfants, les familles, les retraités ne puissent bénéficier pleinement des espaces et équipements publics, des commerces.


La Ville a pris pleinement ses responsabilités en développant des programmes de sécurisation notamment dans le groupe scolaire, en maintenant un emploi d’animateur scolaire, en favorisant un travail de médiation avec l’équipe du service Sécurité et Qualité de Vie Urbaine (SQVU). La Ville aide la vie associative, consacre des moyens importants pour faire vivre la Maison des familles, pour maintenir et développer le cadre de vie, l’entretien des espaces publics, pour faire évoluer dans le débat avec le Conseil de quartier la structure de plein air favorisant pratiques sportives et lieu de détente.

Depuis de nombreuses années maintenant, la Ville demande et exige des moyens supplémentaires pour les effectifs de Police, qu’un second commissariat soit créé pour la circonscription (Gentilly, Arcueil, Cachan, Le Kremlin-Bicêtre, Villejuif).


Dès demain, je demanderai un rendez-vous au Ministre de l’Intérieur et au Préfet des forces de Police pour sécuriser le quartier. Dans les prochains jours une réunion du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance se tiendra en présence notamment des représentants de l’Etat. Avec l’Education nationale, je souhaite que nous envisagions qu’une cellule psychologique soit mise en place. Enfin avec les forces vives du quartier et le service public nous allons déployer de nouvelles solidarités, développer des actions de prévention, d’éducation, permettre de façon plus forte l’accès aux sports, à la culture, aux loisirs.


Comme de nombreux Gentilléens, je ne peux me résoudre à laisser nos quartiers aux trafics. Avec mon équipe, nous déployons chaque jour toute notre énergie. La sécurité et la tranquillité publique sont au cœur du Projet Social de la Ville.

 

Communiqué de Patricia Tordjman, maire de Gentilly : Incendie de Notre-Dame

16 avril 2019

L’incendie de Notre-Dame de Paris, un désastre pour notre patrimoine commun.

Je suis, avec l’ensemble de la municipalité et tous les Gentilléens et Gentilléennes, profondément choquée et peinée par l’incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, cœur symbolique de notre capitale. La destruction de ce monument, tout à la fois témoin et acteur de notre Histoire, joyaux culturel de l’humanité, a bouleversé la terre entière.  La communauté catholique a vu un haut lieu de son culte en proie aux flammes. La population de Paris et de sa banlieue a regardé impuissante la flèche s’écrouler et le toit s’embraser.

Le travail acharné et la bravoure des pompiers de Paris, avec la collaboration des agents du Ministère de la Culture, de la Ville de Paris et de la Préfecture,  a permis de sauver les fondations et épargner une grande partie du trésor. Je veux les saluer. Une enquête a débuté et devrait permettre de déterminer les responsabilités. Il nous faut aujourd’hui conjuguer tous nos efforts et nos compétences pour reconstruire ce qui a été détruit. Notre Ville, si proche de Paris et de cette cathédrale qui est aussi un peu la sienne, participera de la solidarité nationale.

 

La Maire a remis les cahiers de doléances au Président de la République

4 février 2019 

La Maire de Gentilly, Patricia Tordjman, a demandé à rencontrer le Président de la République pour lui remettre les cahiers de doléances citoyennes, ouverts  en mairie le 15 décembre dernier.

En réponse, le Président  l’a conviée au débat organisé à Evry, le 4 février dernier, en présence des maires des banlieues d’Ile-de-France ayant des quartiers classés Politique de la Ville.

Voici le message que la Maire a adressé au Président, en même temps qu’elle lui remettait une copie des cahiers.  
Ces cahiers restent à disposition des Gentilléens et Gentilléennes jusqu’au 21 février. La suite des doléances sera envoyée, en complément des premières copies, à l’Elysée.

Monsieur le Président de la République,


J’ai souhaité vous rencontrer pour vous faire part des doléances des citoyennes et citoyens de ma commune de Gentilly. Petite ville qui porte la plus grande part de logements sociaux aux portes de Paris, dans des quartiers rénovés depuis longtemps grâce à la fiscalité économique que nous ne percevons plus.


Cet immense investissement public pour le logement qui donne droit aux familles modestes de vivre dignement, nous en sommes fiers. Il est regrettable que la loi Élan lui inflige de tels reculs.


Il y a quelques années, Gentilly avait 5 quartiers sur 7 en Politique de la Ville. Elle n’en a plus que 2 ! Est-ce à dire que les habitants se sont enrichis ? Que nos retraités, nos très nombreuses femmes seules avec enfants, nos jeunes, nos commerçants se sont enrichis ? J’aimerais bien ! Mais voyez-vous, Monsieur le Président, 45% des foyers fiscaux de ma ville sont toujours non imposables sur le revenu. Et ce n’est pas, je vous l’assure, parce qu’ils ont placé leur argent dans des paradis fiscaux. Ils tirent plutôt tous les jours le diable par la queue !  Et pourtant, ils s’investissent au quotidien, jeunes et moins jeunes, dans des associations qui participent de la diversité et de la cohésion sociale. Mais les moyens qui leur étaient dédiés au titre de la Politique de la Ville fondent comme neige au soleil.


L’immense colère qu’exprime aujourd’hui le peuple français devait trouver un moyen d’expression local. C’est pourquoi, à l’instar d’autres maires de France, j’ai ouvert, dès le 15 décembre dernier, des cahiers de doléances, dans notre hôtel de ville. Soit plus d’un mois avant le lancement du Grand débat.


Je suis fière aujourd’hui de vous remettre ces cahiers et de me faire le porte-voix des citoyens et citoyennes qui ont tant de mal à être entendus du gouvernement. Peut-être vous êtes-vous placés trop haut ! A trop longue distance de celles et ceux qui élisent leurs représentants et constituent la force vive de notre République.


Voici donc les doléances et les mesures les plus urgentes que les  Gentilléens et Gentilléennes veulent que vous preniez. La revalorisation des retraites et la suppression de la CSG sur les pensions constituent leurs premières revendications. En matière d’emploi, ils souhaitent la réduction de l’écart entre les hauts et les bas salaires et l’augmentation du SMIG.


Sur le plan fiscal, ils demandent la restauration de l’Impôt sur la fortune (ISF) et une fiscalité plus juste. Ils veulent une lutte efficace contre l’évasion fiscale. Ils demandent l’abaissement ou le retrait de la TVA sur les produits de première nécessité. Ainsi qu’une baisse des taxes sur l’énergie. Le retrait du CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi)  obtient le même nombre de demandes que la baisse des charges pour les PMI et PME.


Concernant la vie et l’organisation politique française, les citoyennes et citoyens gentilléens exigent d’abord l’application du RIC (Referendum d’initiative citoyenne). Ils demandent que soient revus les avantages accordés au Président, aux ministres,  aux parlementaires ainsi qu’aux très hauts fonctionnaires. Et aussi une revalorisation du point d’indice et des salaires des agents de la fonction publique.


Ils demandent une amélioration de leur niveau de vie par la baisse du coût du logement, des transports, des mutuelles. Ils veulent la revalorisation du Livret A. En matière de protection sociale, ils demandent l’augmentation des prestations notamment pour les personnes dépendantes.


Ils sont très nombreux à exiger plus de moyens pour les services publics de proximité et de santé.
Ils déclinent de manière précise les mesures à prendre en matière d’écologie : la lutte contre la pollution et pour la transition énergétique, la pénalisation des entreprises polluantes, la promotion du bio partout.
L’Europe enfin est abordée. Ils veulent l’arrêt du diktat des directives européennes.


Je précise que les cahiers offraient des pages blanches, sans orienter les demandes.
Ces messages montrent un peuple gentilléen force de proposition, des retraités très mobilisés, de jeunes actifs et des commerçants pressurés. Ces doléances montrent un peuple responsable, constructif, non violent, qui demande avant tout plus de justice sociale et fiscale. Plus de services publics. Et plus d’écoute de la part des gouvernants.


J’ajoute, Monsieur le Président, que nos communes en ont marre de voir leurs moyens confisqués par l’Etat alors qu’elles garantissent la cohésion sociale et investissent dans le bien commun. Vous savez venir les chercher quand il s’agit de renouer le dialogue avec les citoyens.


Je dirai aussi que la version de la construction métropolitaine qui nous a été imposée  avec la loi NOTRe n’a fait que mettre à mal ce que nous avions construit, avec mes collègues, maires des villes voisines : une véritable coopérative de villes. Cette Métropole, Monsieur le Président, ne sert pas et ne représente pas les populations qui y vivent et la font vivre.
Il est temps de revenir aux fondamentaux de notre République : la commune et le peuple ; la   liberté, corolaire de l’égalité et la fraternité.

 

Communiqué de Patricia Tordjman, maire de Gentilly : Gentilly renouvelle ses 5 arobases au label Villes Internet

29 janvier 2019

Pour la quatrième  année consécutive, Gentilly s’est vu décerner 5 arobases, la plus haute distinction, des labels Villes Internet. La cérémonie s’est déroulée le 29 janvier 2019, à La Défense, lors du premier Congrès des élus du numérique, en présence de très nombreux participants.


Depuis 1999, l’association Villes Internet décerne son label aux communes qui mettent en œuvre une politique significative en matière de démocratisation de l’accès aux technologies de l’information et de la communication et de leurs usages citoyens. Deux cent trente-quatre collectivités ont été labellisées cette année.


Parmi les initiatives de Gentilly en matière de numérique, on peut relever :

  • Le signalement des dysfonctionnements urbains, depuis octobre 2018,  en partenariat avec la société Tell My City.
  • La finalisation du site internet de la ville, pour faciliter l’accès à l’information locale  et aux téléservices ainsi que renforcer le lien avec les citoyens. Une information à la population sur le nouveau site est prévue à la fin du premier trimestre 2019.
  • La présentation des projets et le vote en ligne pour le premier Budget participatif de Gentilly.
  • La téléradiologie, permettant au Centre municipal de santé de travailler plus rapidement avec des radiologues extérieurs.
  • L’accompagnement des Gentilléens à l’outil informatique, action coordonnée entre le centre social, la Maison des Familles et le Cyberespace municipal.

 

A l’heure où l’Etat, les institutions de protection sociale (caisses d’allocations familiales, de retraite…) ou encore les sociétés de service favorisent le tout internet, cette distinction récompense l’effort de notre commune dans la lutte contre la fracture numérique qui exclut encore de trop nombreux concitoyens.