Communiqués de la mairie

Retrouvez dans cette section les derniers communiqués de la mairie.

Communiqué de Patricia Tordjman, maire de Gentilly

1er août

Décès d’Alain Audoubert, ancien maire de Vitry-sur-Seine.

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris, l’équipe municipale et moi-même, le décès hier, lundi 31 juillet, d’Alain Audoubert qui fût maire de Vitry-sur-Seine, entre 1996 et 2015, dans des circonstances tragiques. Nous pensons avec émotion à ses enfants et à ses proches à qui nous exprimons nos très sincères condoléances. Nous adressons également un message d’amitié et de solidarité à la municipalité et au conseil Municipal de Vitry-sur-Seine dont Alain était le maire en ce début de mandat, ainsi qu’à tous les Vitriots et Vitriotes.

Alain Audoubert était un homme de conviction et de caractère, un homme profondément  engagé. Son investissement était total pour sa ville et ses citoyens, tout comme son combat sans faille pour la paix dans le monde. En cette année du 30° anniversaire de la célébration de la Convention internationale des droits de l’enfant, je veux saluer particulièrement son engagement pour la promotion des politiques éducatives porteuses d’égalité.

Profondément convaincu par la coopération intercommunale, Alain Audoubert a pris une part importante dans la création, le fonctionnement et l’évolution de notre outil de coopération en faveur du départ en vacances pour tous, Vacances Voyages Loisirs. Il a également créé, avec Yann Joubert, Maire honoraire, notre syndicat SIDORESTO pour la restauration scolaire.

 

Communiqué de Patricia Tordjman, maire de Gentilly

25 juillet 2019

Le centre de vacances de Gentilly à Bourron-Marlotte a accueilli le Premier Ministre.

Le Premier Ministre, Edouard Philippe, accompagné de la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, et son secrétaire d’Etat, Adrien Taquet, se sont rendus, ce jeudi 25 juillet, sur notre centre de vacances de Bourron-Marlotte en Seine et Marne. Ils ont été accueillis par mon premier adjoint, Patrick Daudet, et mon adjointe, Soazig Joubert.

Nous pouvons considérer cette visite du gouvernement comme un coup de communication en cette période estivale et cet épisode caniculaire. Il s’agissait pour lui de « vérifier que les consignes de sécurité du plan canicule sont mises en œuvre dans les espaces collectifs accueillant des publics fragiles ». Le Premier ministre a pu constater sur le terrain que les mesures étaient respectées mais a surtout salué la qualité de notre patrimoine et de l’accueil des enfants d’âge maternel.

Ces temps passés hors du milieu urbain sont précieux pour les enfants. Ils contribuent pleinement à la découverte, aux loisirs, à l’expérimentation, au vivre ensemble et, en ces périodes de fortes chaleurs, constituent un enjeu de santé publique.

Cette rencontre a permis un échange serein et constructif lors duquel nous avons abordé l’engagement sans faille de nos politiques éducatives. Notre service public et notre outil de coopération V.V.L. œuvrent au quotidien pour la promotion du droit aux vacances et aux loisirs. En témoignent le label « Ville amis des enfants » attribué à notre ville par l’UNICEF et les premières initiatives réalisées lors de la fête de la ville, dans le cadre de la célébration du 30e  anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

Ensemble, nous avons souligné l’intérêt et la nécessité du départ des enfants en vacances. L’image des colonies a été fortement dégradée ces dernières années. Nous avons la responsabilité collective d’en affirmer les vertus, de promouvoir avec plus de force ce droit important du départ en vacances pour tou(te)s, affirmé dans la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Les colonies doivent y contribuer pleinement. L’Etat doit prendre toutes ses responsabilités. Nous ne pouvons plus accepter, qu’année après année, nous soyons simplement dans le constat que de moins en moins d’enfants partent en vacances.

Les collectivités locales sont les premières propriétaires du patrimoine social et prescriptrices du départ des enfants en classes de découverte ou en colonies de vacances. Des moyens sont donc nécessaires. Or, depuis 2013, se sont près de 13 M€ de pertes de dotations cumulées qui ont été amputées aux ressources de la Ville. Dans ce contexte, les choix et arbitrages budgétaires sont de plus en plus difficiles et douloureux. Assumer une politique tarifaire adaptée et équitable, maintenir et entretenir notre patrimoine social, le faire évoluer et répondre aux normes en perpétuel mouvement… cet engagement permanent de la Ville n’est pas suffisamment accompagné par les politiques publiques et cela met en péril  l’avenir du patrimoine social et des colonies. Il y a urgence à mobiliser des moyens publics à la hauteur des enjeux. Qu’un fond d’aide à l’investissement soit créé. Depuis des décennies, le patrimoine social porté par les collectivités et les comités d’entreprises ont contribué à l’attractivité des territoires. Il peut être source d’un nouveau développement comme l’ont souligné un grand nombre de maires de villages de moyenne montagne par exemple.

Enfin, cette rencontre a été l’occasion de rappeler que nous étions très attachés à ce que les politiques éducatives ne puissent souffrir de la concurrence et de la sphère marchande. Elles doivent relever de politiques nationales ambitieuses, adaptées et soutenues, garantes de l’accès à tou(te)s aux vacances et aux loisirs. Nous avons rappelé très clairement, qu’avec les Villes adhérentes à V.V.L., nous nous inscrivons pleinement dans le débat et sommes force de propositions, grâce à notre pratique quotidienne au plus près des enfants, des jeunes et des familles.
Alors pour que cette visite ne soit pas sans lendemain, passons collectivement aux actes et prenons rendez-vous.

 

Communiqué de Patricia Tordjman, maire de Gentilly

4 juin 2019

Ce lundi 3 juin 2019, aux alentours de 22h un homme est tombé sous des coups de feu, dans la cité Victor Hugo, dont le bailleur est Paris Habitat. Depuis 15 jours maintenant la tension, était montée du fait de règlements de comptes au cœur d’un trafic de drogue.

 

A l’heure où est rédigé ce communiqué, les forces de police sont déployées sur le quartier. Ils mènent l’enquête. Aux côtés des habitants dont l’émotion est grande, une partie de mon équipe tout comme des agents du service public communal sont mobilisés, présents depuis de nombreux jours.


Ce drame intervient après une série d’événements dans le quartier. De nombreuses rencontres et réunions ont eu lieu, la mobilisation de la Municipalité et du service public communal a été et reste totale. La Ville n’a cessé d’interpeller l’Etat, et ce depuis de nombreuses années, pour que des moyens soient alloués à la sécurité mais également au vivre ensemble. Le bailleur s’y est impliqué.


Nous ne pouvons accepter que ce quartier soit sous la main de trafiquants, que les locataires ne puissent pas y vivre tranquillement et en toute sécurité, que les enfants, les familles, les retraités ne puissent bénéficier pleinement des espaces et équipements publics, des commerces.


La Ville a pris pleinement ses responsabilités en développant des programmes de sécurisation notamment dans le groupe scolaire, en maintenant un emploi d’animateur scolaire, en favorisant un travail de médiation avec l’équipe du service Sécurité et Qualité de Vie Urbaine (SQVU). La Ville aide la vie associative, consacre des moyens importants pour faire vivre la Maison des familles, pour maintenir et développer le cadre de vie, l’entretien des espaces publics, pour faire évoluer dans le débat avec le Conseil de quartier la structure de plein air favorisant pratiques sportives et lieu de détente.

Depuis de nombreuses années maintenant, la Ville demande et exige des moyens supplémentaires pour les effectifs de Police, qu’un second commissariat soit créé pour la circonscription (Gentilly, Arcueil, Cachan, Le Kremlin-Bicêtre, Villejuif).


Dès demain, je demanderai un rendez-vous au Ministre de l’Intérieur et au Préfet des forces de Police pour sécuriser le quartier. Dans les prochains jours une réunion du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance se tiendra en présence notamment des représentants de l’Etat. Avec l’Education nationale, je souhaite que nous envisagions qu’une cellule psychologique soit mise en place. Enfin avec les forces vives du quartier et le service public nous allons déployer de nouvelles solidarités, développer des actions de prévention, d’éducation, permettre de façon plus forte l’accès aux sports, à la culture, aux loisirs.


Comme de nombreux Gentilléens, je ne peux me résoudre à laisser nos quartiers aux trafics. Avec mon équipe, nous déployons chaque jour toute notre énergie. La sécurité et la tranquillité publique sont au cœur du Projet Social de la Ville.

 

Communiqué de Patricia Tordjman, maire de Gentilly : Incendie de Notre-Dame

16 avril 2019

L’incendie de Notre-Dame de Paris, un désastre pour notre patrimoine commun.

Je suis, avec l’ensemble de la municipalité et tous les Gentilléens et Gentilléennes, profondément choquée et peinée par l’incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, cœur symbolique de notre capitale. La destruction de ce monument, tout à la fois témoin et acteur de notre Histoire, joyaux culturel de l’humanité, a bouleversé la terre entière.  La communauté catholique a vu un haut lieu de son culte en proie aux flammes. La population de Paris et de sa banlieue a regardé impuissante la flèche s’écrouler et le toit s’embraser.

Le travail acharné et la bravoure des pompiers de Paris, avec la collaboration des agents du Ministère de la Culture, de la Ville de Paris et de la Préfecture,  a permis de sauver les fondations et épargner une grande partie du trésor. Je veux les saluer. Une enquête a débuté et devrait permettre de déterminer les responsabilités. Il nous faut aujourd’hui conjuguer tous nos efforts et nos compétences pour reconstruire ce qui a été détruit. Notre Ville, si proche de Paris et de cette cathédrale qui est aussi un peu la sienne, participera de la solidarité nationale.

 

La Maire a remis les cahiers de doléances au Président de la République

4 février 2019 

La Maire de Gentilly, Patricia Tordjman, a demandé à rencontrer le Président de la République pour lui remettre les cahiers de doléances citoyennes, ouverts  en mairie le 15 décembre dernier.

En réponse, le Président  l’a conviée au débat organisé à Evry, le 4 février dernier, en présence des maires des banlieues d’Ile-de-France ayant des quartiers classés Politique de la Ville.

Voici le message que la Maire a adressé au Président, en même temps qu’elle lui remettait une copie des cahiers.  
Ces cahiers restent à disposition des Gentilléens et Gentilléennes jusqu’au 21 février. La suite des doléances sera envoyée, en complément des premières copies, à l’Elysée.

Monsieur le Président de la République,


J’ai souhaité vous rencontrer pour vous faire part des doléances des citoyennes et citoyens de ma commune de Gentilly. Petite ville qui porte la plus grande part de logements sociaux aux portes de Paris, dans des quartiers rénovés depuis longtemps grâce à la fiscalité économique que nous ne percevons plus.


Cet immense investissement public pour le logement qui donne droit aux familles modestes de vivre dignement, nous en sommes fiers. Il est regrettable que la loi Élan lui inflige de tels reculs.


Il y a quelques années, Gentilly avait 5 quartiers sur 7 en Politique de la Ville. Elle n’en a plus que 2 ! Est-ce à dire que les habitants se sont enrichis ? Que nos retraités, nos très nombreuses femmes seules avec enfants, nos jeunes, nos commerçants se sont enrichis ? J’aimerais bien ! Mais voyez-vous, Monsieur le Président, 45% des foyers fiscaux de ma ville sont toujours non imposables sur le revenu. Et ce n’est pas, je vous l’assure, parce qu’ils ont placé leur argent dans des paradis fiscaux. Ils tirent plutôt tous les jours le diable par la queue !  Et pourtant, ils s’investissent au quotidien, jeunes et moins jeunes, dans des associations qui participent de la diversité et de la cohésion sociale. Mais les moyens qui leur étaient dédiés au titre de la Politique de la Ville fondent comme neige au soleil.


L’immense colère qu’exprime aujourd’hui le peuple français devait trouver un moyen d’expression local. C’est pourquoi, à l’instar d’autres maires de France, j’ai ouvert, dès le 15 décembre dernier, des cahiers de doléances, dans notre hôtel de ville. Soit plus d’un mois avant le lancement du Grand débat.


Je suis fière aujourd’hui de vous remettre ces cahiers et de me faire le porte-voix des citoyens et citoyennes qui ont tant de mal à être entendus du gouvernement. Peut-être vous êtes-vous placés trop haut ! A trop longue distance de celles et ceux qui élisent leurs représentants et constituent la force vive de notre République.


Voici donc les doléances et les mesures les plus urgentes que les  Gentilléens et Gentilléennes veulent que vous preniez. La revalorisation des retraites et la suppression de la CSG sur les pensions constituent leurs premières revendications. En matière d’emploi, ils souhaitent la réduction de l’écart entre les hauts et les bas salaires et l’augmentation du SMIG.


Sur le plan fiscal, ils demandent la restauration de l’Impôt sur la fortune (ISF) et une fiscalité plus juste. Ils veulent une lutte efficace contre l’évasion fiscale. Ils demandent l’abaissement ou le retrait de la TVA sur les produits de première nécessité. Ainsi qu’une baisse des taxes sur l’énergie. Le retrait du CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi)  obtient le même nombre de demandes que la baisse des charges pour les PMI et PME.


Concernant la vie et l’organisation politique française, les citoyennes et citoyens gentilléens exigent d’abord l’application du RIC (Referendum d’initiative citoyenne). Ils demandent que soient revus les avantages accordés au Président, aux ministres,  aux parlementaires ainsi qu’aux très hauts fonctionnaires. Et aussi une revalorisation du point d’indice et des salaires des agents de la fonction publique.


Ils demandent une amélioration de leur niveau de vie par la baisse du coût du logement, des transports, des mutuelles. Ils veulent la revalorisation du Livret A. En matière de protection sociale, ils demandent l’augmentation des prestations notamment pour les personnes dépendantes.


Ils sont très nombreux à exiger plus de moyens pour les services publics de proximité et de santé.
Ils déclinent de manière précise les mesures à prendre en matière d’écologie : la lutte contre la pollution et pour la transition énergétique, la pénalisation des entreprises polluantes, la promotion du bio partout.
L’Europe enfin est abordée. Ils veulent l’arrêt du diktat des directives européennes.


Je précise que les cahiers offraient des pages blanches, sans orienter les demandes.
Ces messages montrent un peuple gentilléen force de proposition, des retraités très mobilisés, de jeunes actifs et des commerçants pressurés. Ces doléances montrent un peuple responsable, constructif, non violent, qui demande avant tout plus de justice sociale et fiscale. Plus de services publics. Et plus d’écoute de la part des gouvernants.


J’ajoute, Monsieur le Président, que nos communes en ont marre de voir leurs moyens confisqués par l’Etat alors qu’elles garantissent la cohésion sociale et investissent dans le bien commun. Vous savez venir les chercher quand il s’agit de renouer le dialogue avec les citoyens.


Je dirai aussi que la version de la construction métropolitaine qui nous a été imposée  avec la loi NOTRe n’a fait que mettre à mal ce que nous avions construit, avec mes collègues, maires des villes voisines : une véritable coopérative de villes. Cette Métropole, Monsieur le Président, ne sert pas et ne représente pas les populations qui y vivent et la font vivre.
Il est temps de revenir aux fondamentaux de notre République : la commune et le peuple ; la   liberté, corolaire de l’égalité et la fraternité.

 

Communiqué de Patricia Tordjman, maire de Gentilly : Gentilly renouvelle ses 5 arobases au label Villes Internet

29 janvier 2019

Pour la quatrième  année consécutive, Gentilly s’est vu décerner 5 arobases, la plus haute distinction, des labels Villes Internet. La cérémonie s’est déroulée le 29 janvier 2019, à La Défense, lors du premier Congrès des élus du numérique, en présence de très nombreux participants.


Depuis 1999, l’association Villes Internet décerne son label aux communes qui mettent en œuvre une politique significative en matière de démocratisation de l’accès aux technologies de l’information et de la communication et de leurs usages citoyens. Deux cent trente-quatre collectivités ont été labellisées cette année.


Parmi les initiatives de Gentilly en matière de numérique, on peut relever :

  • Le signalement des dysfonctionnements urbains, depuis octobre 2018,  en partenariat avec la société Tell My City.
  • La finalisation du site internet de la ville, pour faciliter l’accès à l’information locale  et aux téléservices ainsi que renforcer le lien avec les citoyens. Une information à la population sur le nouveau site est prévue à la fin du premier trimestre 2019.
  • La présentation des projets et le vote en ligne pour le premier Budget participatif de Gentilly.
  • La téléradiologie, permettant au Centre municipal de santé de travailler plus rapidement avec des radiologues extérieurs.
  • L’accompagnement des Gentilléens à l’outil informatique, action coordonnée entre le centre social, la Maison des Familles et le Cyberespace municipal.

 

A l’heure où l’Etat, les institutions de protection sociale (caisses d’allocations familiales, de retraite…) ou encore les sociétés de service favorisent le tout internet, cette distinction récompense l’effort de notre commune dans la lutte contre la fracture numérique qui exclut encore de trop nombreux concitoyens.